Bible

Histoire

Archéologie

Des découvertes au Proche-Orient éclairent l'histoire biblique

Les manuscrits, rouleaux ou codices de l'Ancien Testament

Un codex est un cahier formé de pages manuscrites recto verso reliées ensemble. Cet ancêtre du livre moderne a été inventé à Rome durant le IIe siècle avant J.-C. et s’est répandu à partir du Ier siècle de notre ère, pour progressivement remplacer le rouleau de papyrus ou de parchemin grâce à son faible encombrement, son coût réduit, et la possibilité qu’il offre d’accéder facilement à n’importe quelle partie du texte.

quelques-uns des principaux manuscrits de l’Ancien Testament

  • Les deux rouleaux de Ketef Hinnom - VIIe siècle avant notre ère.

    Ils datent d’environ 650 avant J.-C. Il s’agit de deux courts textes bibliques (Nombres 6, 24-26) sur deux feuillets d’argent. En plus du nom du possesseur qui est ajouté pour la bénédiction, il y a quelques petites différences avec nos versions bibliques.

  • Le papyrus Nash - Ier-IIIe siècle avant notre ère.

    Il a été découvert en Égypte en 1902 par W. L. Nash. Ce sont en fait quatre petits fragments de papyrus, de 24 lignes, qui se raccordent et contiennent le texte du Décalogue et celui du Shema, « Écoute Israël », premiers mots de la principale prière du judaïsme. Leur datation est estimée entre le Ier et le IIIe siècle avant J.-C. et ils sont bien antérieurs aux manuscrits de la mer Morte, les plus anciens témoins des textes de l’Ancien Testament. Il se trouve  aujourd’hui à la Cambridge University Library.

  • Les manuscrits de la Guenizah du Caire - VIe, VIIe et VIIIe siècle de notre ère.

    Environ 200 000. Ils comprennent de nombreux fragments de la Bible (plusieurs milliers) en hébreu et en araméen ainsi que des traductions en arabe datant pour la plupart des VIe, VIIe et VIIIe siècles. Il est conservé à la synagogue karaïte Ben Ezra du Caire et contient les livres des Prophètes antérieurs et postérieurs.

  • Le Codex Cairensis - IXe siècle de notre ère.

    Appelé aussi Codex du Caire. Il est conservé à la synagogue karaïte du Caire en Égypte et contient les  Prophètes antérieurs et les Prophètes postérieurs, et à cet effet est aussi nommé Codex des Prophètes. Il a été copié et vocalisé en 896 par le plus célèbre des massorètes : Moïse Ben Asher.

  • L’Oriental 4445 - IXe siècle de notre ère.

    Conservé au British Museum, il date d’environ 850 après J.C. (les points voyelles ont été rajoutés environ un siècle après) : il contient le Pentateuque.

  • Le Codex de Leningrad - IXe-Xe siècle de notre ère.

    Le Codex de Léningrad (Codex Leningradensis), daté vers 1010 de notre ère, est la plus ancienne copie du texte massorétique de la Bible hébraïque subsistant dans son entièreté. Il a, selon son colophon, été écrit sur base du Codex d'Alep, rédigé quelques décennies plus tôt, mais dont certaines pièces ont été endommagées ou manquent depuis 1947.

    Le Codex de Léningrad a servi de base à la Biblia hebraica en 1937 et à la Biblia Hebraica Stuttgartensia en 1977, qui en sont une transcription presque exacte. Il sert également de source primaire pour les chercheurs tentant de reconstituer les détails de la partie manquante du Codex d'Alep.

  • Le Codex des Prophètes de Saint-Pétersbourg - IXe-Xe siècle de notre ère.

    À l’origine, il se trouvait dans une synagogue de Crimée où il fut découvert en 1839 par Avraham Firkowitch, rabbin karaïte, écrivain et archéologue russe, qui le rapporta à Saint Pétersbourg. C’est le même collectionneur à qui l’on doit le Codex de Leningrad. Il contient les Derniers Prophètes.

  • Le Codex d’Alep - Xe siècle de notre ère.

    Son nom provient de celui de la synagogue d’Alep (Syrie), dans laquelle il a été conservé. Il date de 930 et est actuellement au Musée national d’Israël à Jérusalem. Il contient tout le texte de l’Ancien Testament ; malheureusement il a été endommagé par un incendie à Alep en 1947 et ne comporte plus que 294 folios sur les 380 initiaux. Il sert de base à l’édition The Hebreu University Bible.