Menu

Bible, Histoire, Archéologie

Bible,
Histoire,
Archéologie

Les songes de Nabuchodonosor II

le Nébucadnetsar de la Bible

Les songes expliqués par le prophète Daniel

Dans le chapitre 2 de Daniel, Nabuchodonosor II voit en songe une immense statue composée de différents métaux et d’argile. Ces matériaux ont une valeur décroissante de la tête vers les pieds. C’est Daniel qui va révéler au roi le cours de l’histoire qui s’étend sur la période de l’Antiquité :
Babylone, c’est la tête d’or : une autorité absolue caractérise ce régime où le roi est une personne sacrée ; l’Écriture l’assimile à une tyrannie (Ésaïe 14,4).
L’autorité des Mèdes et des Perses est moindre, passant de la dictature d’un seul homme à un système oligarchique, un gouvernement de familles. La loi écrite l’emporte même sur la volonté d’un roi (Daniel 6,8-9).
L’empire gréco-macédonien, la troisième puissance politique, correspond aux cuisses d’airain de la statue ; il s’agit d’un régime militaire.
Puis l’Empire romain, le quatrième, connaît un système impérial et dictatorial. Cette étape de l’histoire correspond aux jambes de fer de la statue ; il est question ensuite des pieds en partie de fer et en partie d’argile. C’est un curieux alliage dont l’aboutissement sera l’effritement et l’éclatement par une pierre (verset 34). Il faudra le chapitre 7 pour saisir la signification de ces dix orteils qui correspondraient à dix nations.

Image ci-contre : illustration artistique d’une bataille entre les Diadoques pour la succession de l’Empire après la mort d’Alexandre le Grand. © DR.

Dans le chapitre 7, les quatre grands animaux représenteraient quatre rois, soit les quatre royaumes ou empires de l’Antiquité :
Le lion aux ailes d’aigles symbolise Babylone : les archéologues ont retrouvé cet emblème sur les portes de la ville.
L’ours engloutissant trois côtes évoque l’empire des Mèdes et des Perses, dont les conquêtes militaires furent dirigées vers le Midi, vers l’Occident et vers le septentrion (Babylone, l’Égypte et l’Asie Mineure).
Le léopard à quatre ailes et quatre têtes préfigure les foudroyantes conquêtes d’Alexandre le Grand, et le rôle de ses quatre généraux (les Diadoques, mot grec diadochos signifiant héritier, successeur) qui se partageront son Empire après la mort soudaine d’Alexandre en 323 avant J.-C.
Quant au quatrième animal, il est plus terrible encore que les précédents ; les rigueurs du joug de Rome sont évoquées par ses dents de fer, en  parallèle avec les jambes de fer de la statue. Autre correspondance entre Daniel 2 et 7 à laquelle nous avons déjà fait allusion, les dix orteils de la statue et les dix cornes du monstre (Daniel 12,42 ; 7,7).

Ci-dessous : illustration en 3d d’une armée grecque prête au combat. © DR.

Plan du site

CONTACT

5 + 3 =