Menu

Bible, Histoire, Archéologie

Bible,
Histoire,
Archéologie

Jérusalem

au temps du roi Hérode Ier et de Jésus

Plan de Jérusalem au temps du roi Hérode Ier et de Jésus de Nazareth

Les archéologues n’ont jamais douté de l’emplacement de l’ancienne Jérusalem. Ils se sont plutôt attachés à découvrir et à identifier ses murs, ses portes et ses lieux saints. Ils ont cependant rencontré des difficultés car Jérusalem a été assiégée, conquise ou détruite partiellement ou totalement plus de quarante fois. Les ruines se sont amoncelées sur d’autres ruines, et les débris ont encombré bien des vallées. Dans certains endroits, il a fallu creuser jusqu’à plus de 12 mètres de profondeur pour retrouver le niveau des rues sur lesquelles Jésus a marché, et encore 10 mètres plus bas pour parvenir à celles qu’empruntèrent les personnages de l’Ancien Testament. Il convient également de préciser que la plupart des quartiers de la vieille Jérusalem sont couverts aujourd’hui par des édifices modernes ou des cimetières, de sorte que la plus grande partie de la ville ne peut-être exhumée.

Pour visualiser le plan de la ville de Jérusalem, cliquez sur l’image.

À quoi ressemblait le Temple de Jérusalem ?
Historiens et archéologues pourront sous peu apprendre avec une certaine précision quel était l’aspect du « Second Temple » détruit par les Romains en l’an 70 après J.-C. Cette possibilité a été offerte par la découverte de vestiges du temple des Samaritains sur le mont Garizim près de Sichem. Ce temple, comme le documente Flavius Joseph dans ses écrits, a été construit en tant que reproduction fidèle du Temple de Jérusalem.
Lors de fouilles récentes sur le mont Garizim, on a mis à jour, entre autres choses, le mur ouest long de 160 mètres. On a également découvert un mur haut de sept mètres ainsi que de gigantesques portiques de vingt mètres de large, dont l’équivalent n’a encore jamais été rencontré en Israël. Les chercheurs sont également tombés en arrêt sur trente inscriptions hébraïques et grecques se rapportant à la nomination de prêtres.

Pour en savoir plus

TRUSCHEL Théo, Le Tabernacle, sanctuaire de Dieu dans le désert.
Collection Histoire et Archéologie.
Éditions Faton, Février 2024.
Nouvelle édition augmentée : Comportant de nombreux compléments au niveau du commentaire, cet ouvrage est aussi enrichi de photos, entre autres du Djebel Moussa (mont de Moïse, en arabe), prises par l’auteur dans le Sinaï, lieu de révélation à Moïse de la Torah. C’est là qu’eut lieu, selon les traditions juive, chrétienne et musulmane, le rendez- vous avec l’Éternel après la sortie d’Égypte, là, que Moïse reçut la vision et les instructions pour la construction du Tabernacle, premier lieu de culte du peuple hébreu envers son Dieu. Il est émouvant de voir dans le détail, comment les artisans ont exécuté chacun des éléments du Tabernacle, comment ils ont travaillé très exactement, le bois, les tissus, l’or, l’argent, les pierres précieuses, alors qu’ils se trouvaient en plein désert. Chacun des détails du Tabernacle possède une symbolique qui nous parle encore aujourd’hui et, pour les chrétiens annonce l’œuvre de Jésus-Christ, le Fils du Dieu vivant.

Plan du site

CONTACT

7 + 4 =