Bible

Histoire

Archéologie

Des découvertes au Proche-Orient éclairent l'histoire biblique

La tombe d'un prince anglo-saxon chrétien

En 2003, la tombe d'un personnage important (un prince ?) a été découverte près de Prittewell, dans l'Essex, en Angleterre. Les fouilles archéologiques, menées par le MOLA (Musée d'Archéologie de Londres) ont progressivement révélé une chambre funéraire très élaborée contenant un magnifique trésor.

La tombe date du VIe/VIIe siècle de notre ère. Selon Duncan Wilson, directeur général d’Historic England, les artefacts mis au jour donnent un aperçu exceptionnel du savoir-faire et de la culture anglo-saxonne à cette époque. Les biens funéraires de l’homme indiquent qu’il devait être un personnage de haut rang.

Son identité nous est inconnue, mais les archéologues pensent qu’il pourrait être un parent du roi Saebert, le premier roi connu de l’est de la Saxe à s’être converti au christianisme. Ce souverain serait décédé en 616 de notre ère.

Le point central de la tombe était un cercueil en bois de frêne avec des éléments en fer dont il ne reste aujourd’hui que quelques pièces de bois et de métal.

Le corps

Il restait du corps très décomposé peu de fragments d’émail dentaire. Ils révèlent que la personne enterrée était âgée de plus de 6 ans. Cependant, la taille du cercueil, la disposition d’une boucle de ceinture en or et d’autres pièces métalliques sur le corps du défunt donnent du défunt une taille de 1,73 m environ.

À partir de cette mesure et du type d’éléments trouvés autour du cercueil, les archéologues estiment que la tombe aurait été construite pour un adolescent ou un adulte.

À l’emplacement de la tête, les archéologues ont mis au jour deux fines feuilles d’or en forme de croix, probablement placées sur les yeux du mort, indiquant ainsi son appartenance au christianisme. Deux pièces d’or ont également été trouvées à l’emplacement de ses mains, suggérant que l’homme avait été enterré avec une pièce dans chaque main.

Les richesses matérielles

Parmi les autres artefacts au sein de la tombe, il y avait également des cornes à boire, des gobelets, des bouteilles, un récipient en alliage de cuivre de 60 cm de diamètre et de beaux verres de couleur bleu et vert. Un flacon en alliage de cuivre était décoré de médaillons à l’effigie de Saint Serge, un officier supérieur romain chrétien qui aurait été martyrisé à cause de sa foi en Syrie, au IIIe/IVe siècle de notre ère. Le flacon, un coffret avec sa cuillère en argent proviendraient du Moyen-Orient selon MOLA et d’autre part, des grenats trouvés dans la tombe, des Indes. Ces artefacts indiquent des échanges très diversifiés à cette époque.

On a encore découvert une épée à manche en corne dans son fourreau en cuir et en bois marquant l’occupant de la tombe comme un homme riche. Un bouclier, deux lances et une flèche étaient suspendus à un mur de la tombe.

Les archéologues ont mis au jour les tout premiers vestiges d’une lyre anglo-saxonne. L’instrument de musique était très abîmé, mais des taches au sol ont révélé sa forme et l’analyse scientifique indique que la lyre était en érable. La lyre était déjà fendue, mais elle avait été réparée avec des pièces en fer, argent et alliage de cuivre doré.

Les artefacts de cette chambre funéraire sont aujourd’hui exposés au Southend Central Museum de la ville de Southend-on-sea en Angleterre qui a cofinancé les fouilles et la recherche.